The Reportage English

 

 

 

 

Le meilleur des reportages Indépendants.

TheReportage.com est le lien direct entre les producteurs & les diffuseurs de reportages.

Une diffusion internationale directe.
Ce service d'alerte éditoriale est destiné aux photojournalistes et aux magazines qui souhaitent partager la même passion pour les reportages de qualité.



Connexion

Email:
Mot de passe:
Je l'ai oublié
 
Nouveau ? Inscrivez-vous

Nous contacter

ANTIGUA, PERLE COLONIALE DE L'AMÉRIQUE CENTRALE.

ANTIGUA, PERLE COLONIALE DE L'AMÉRIQUE CENTRALE. (80 photos) Envoyer ce reportage Envoyer ce reportage
La superbe Antigua préserve encore l’atmosphère de ses cinq siècles d’histoire coloniale mouvementée. Melting-pot des cultures maya et hispano-andalouse, la ville reste toujours un pont entre ces deux civilisations. Elle est particulièrement renommée pour ses célébrations fastueuses de la semaine sainte.
© P. VIOLLE./TheReportage.com
Categories: Humain & Ethnologie, Tourisme, Voyage, Evénements culturels
Page 1 2 3 4 5

613_433984_1

613_19152006_1

613_19152006_5

613_14534791_1

613_14534791_2

613_14534791_3

613_14534791_4

613_14534791_5

613_19658701_1

613_19658701_3

613_19658701_4

613_19658701_5

613_4532029_1

613_4532029_2

613_4532029_3

613_4532029_4
Page 1 2 3 4 5
GUATEMALA. Antigua, fondée en 1543 fut le siège du gouvernement du royaume de Guatemala qui comprenait le sud du Mexique, le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica. La ville se trouve posée dans une vallée dominée par 3 volcans actifs. Le nom complet qui lui a été attribué était : «La très fidèle et très noble ville de Saint Jacques des gentilshommes de Guatemala»

En 1773, en plus de la cathédrale et du palais du gouvernement, la capital comptait 30 églises, 18 couvents et monastères, 15 ermitages, 10 chapelles, l’université de San Carlos, 5 hôpitaux, un orphelinat, des fontaines et des parcs et un complexe système d’adduction d’eau. La ville que l’on appelle maintenant Antigua Guatemala (l’ancienne Guatemala), a subit des tremblements de terre à répétition mais les “Antigueños” la reconstruisent chaque fois plus grande et plus belle. Le 29 juillet 1773, le jour de la sainte Marte, le tremblement de terre fut si destructeur que par ordre du roi d’Espagne, la capitale fut déplacée vers un lieu plus sûr.

La ville en partie délaissée n’a finalement jamais été complètement abandonnée. Aujourd’hui elle est parsemée de ruines couvertes de bougainvilliers et de bâtisses coloniales restaurées qui lui confèrent un charme inégalé parmi les colonies américaines. Il fait bon errer dans ses rues pavées entre les manoirs multicolores aux cours intérieures ornées de fontaines, à la recherche de ses places ombragées et de ses églises et monastères baroques, témoignage de son passé espagnol.
En 1979, l’Unesco déclara Antigua patrimoine de l’humanité.

Cette ville cosmopolite, capitale historique du pays de "l’éternel printemps", est un lieu de villégiature privilégié. Ses écoles d’espagnol réputées attirent des étudiants qui viennent également découvrir la culture latine. Voyageurs et étudiants peuvent également profiter de cours de salsa et autres danses latines ou participer occasionnellement à des cérémonies mayas. L’écotourisme en vogue actuellement propose des expéditions dans la nature luxuriante environnante à flanc de volcans. Antigua est aussi la capitale du travail traditionnel du jade, pierre sacrée maya. Le touriste peut chiner aussi bien dans les nombreuses bijouteries que dans les arrière-boutiques où les pierres sont taillées. Le marché artisanal d’Antigua regorge d'une palette variée de tout le savoir-faire maya.

Mais sans conteste, la notoriété d’Antigua tient essentiellement aux fastueuses célébrations de la Semaine Sainte. Des dizaines de processions et des milliers de pénitents se croisent nuit et jour dans la ville. Certains cortèges dépassent le kilomètre. Les porteurs soutiennent des structures de plus de 3 tonnes. Ils se relaient pour avoir l’honneur de porter dans les rues les représentations du Christ, de la Vierge et de Saints. Ils marchent sur des pétales de fleurs, des fruits, feuilles et sciures colorées dessinant des figures chrétiennes, mayas ou contemporaines. Bien qu’ils demandent des heures de travail, ils sont éphémères: détruit par une première procession, il sera immédiatement recréé pour honorer le passage de la prochaine relique. La procession donne lieu à des manifestations ultims de foi : scènes d'auto-flagellation,douloureux chants funéraires. L'arrivée finale du cortège gigantesque du Christ, avec ses 80 porteurs montant les marches à l'unisson, offre le spectacle grandiose de l'illusion d'une statue vivante.